« My City Shore », le chaos vu par Zena Assi

 

Il est toujours intéressant de suivre dans le temps une artiste comme la plasticienne libanaise Zena Assi, de mesurer l’évolution qui s’opère dans sa création, de tenter de comprendre les sources où elle puise ses nouvelles inspirations. Lors de ma dernière visite dans son atelier, en 2012, son œuvre accordait une vaste place à Beyrouth. Sur ses toiles, la jungle urbaine s’organisait en strates architecturales, dans une verticalité qui reposait sur les bases nécessairement solides d’une cité certes flirtant toujours avec le bord du gouffre, mais enracinée au cœur des millénaires.

Aujourd’hui, les conflits qui balaient le Proche-Orient précipitent des populations entières sur les routes, sur les mers. Pour ces réfugiés, la ville perd son caractère statique. Cet exode trouve un écho dans le travail récent de l’artiste, comme en témoigne son exposition de la galerie Artsawa de Dubai. Son titre, My City Shore, traduit ce mouvement, dans la mesure où les villes, progressivement désertées, finissent par perdre leur réalité tangible, leurs frontières. La situation s’inverse : les habitants ne sont plus installés dans un espace urbain une fois pour toutes délimité, c’est cet espace qui s’évanouit et se recrée plus loin au gré des migrations.

MY-CITY-ON-A-TANK-2-2015-Mixed-Media-and-collage-on-Canvas-100-x-100-1024x1016

Zena Assi n’apporte aucune réponse géopolitique, car tel n’est pas son rôle ; elle affirme le ressenti d’une artiste confrontée à un drame humain. «My City» ne doit donc pas seulement être pris au sens personnel de la créatrice qui se partage entre Londres et Beyrouth, mais aussi dans son acception universelle; c’est la ville de chacun dont il est ici question.  Voilà pourquoi, si ses paysages urbains demeurent, ils n’en ont pas moins changé de nature. Aux « millefeuilles de béton » (c’est ainsi que j’avais qualifié la thématique de ses principales toiles de 2012) fermement ancrés sur une terre plus ou moins rassurante, se substitue un enchevêtrement instable, fragile, posé sur des supports mouvants ou précaires.

Les deux toiles intitulées My City nested on a Tank (100 x 100 cm) rappellent la dimension conflictuelle de l’environnement, mais aussi ces véhicules civils sur lesquels des familles entassent à la hâte le mobilier et les effets personnels qu’elles tentent de sauver. Un autre plasticien libanais, Ayman Baalbaki, avait représenté à sa manière cet exode en 2010 dans son installation Destination X.

Chez Zena Assi, les symboles s’accumulent ; il faut regarder ses tableaux de près pour distinguer chaque détail dont certains peuvent renvoyer à des œuvres plus anciennes. Le personnage mélancoliquement assis sur le canon du char (My City on a Tank 2), insolite, inattendu, rappelle, par exemple, Nude 2, une toile de 2012 qui, avec le recul, semblait prémonitoire. D’autres éléments du décor n’en sont pas moins dérangeants : ainsi, la présence récurrente d’affiches publicitaires (pour des produits de consommation, des produits de luxe, de grandes entreprises du Net) souligne qu’en dépit de la situation, la vie continue et le commerce reprend ses droits.

my-city-nested-over-a-bridge-2

My City nested over Raouché (100 x 100 cm) montre le même désordre de bâtiments, mais juché sur le support le plus incongru que l’on puisse imaginer, le Rocher aux pigeons situé en mer, face au quartier de Raouché, l’un des plus élégants et touristiques de Beyrouth. L’équilibre précaire des constructions se retrouve encore dans les strates posées sur des ponts – eux aussi de conception chancelante. Jouant sur la polysémie du mot, on interprétera les deux toiles Charlie on a bridge (60 x 180) à la fois comme une allusion à l’attentat mené contre Charlie Hebdo en janvier 2015 – la structure métallique du pont rappelle sans conteste celle de la tour Eiffel -, mais aussi comme le symbole de la vulnérabilité d’une passerelle jetée entre deux mondes (celui des réfugiés et le nôtre), susceptible de s’effondrer à tout moment.

L’œuvre la plus significative se trouve peut-être dans l’installation de 15 peintures sur bois (40 x 50 cm chacune). Aux thèmes déjà évoqués, s’en ajoutent d’autres, une tour Eiffel effondrée, des navires au bord du naufrage, des constructions reposant sur le dos d’une baleine, un quartier en forme de crâne… Avec, pourtant, une présence obsédante, celle d’un arbre posé sur la ville, dont les racines se ramifient entre les immeubles, comme la parabole d’une renaissance nourrie du chaos.

Illustrations : Zena Assi, My City on a Tank 2, 2015, techniques mixtes et collage sur toile, 100 x 100 cm – Zena Assi, My City nested over a Bridge, 2015, techniques mixtes et collage sur toile, 100 x 200 cm.

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • Tumblr

Signaler ce contenu comme inapproprié

À propos de T.Savatier

Ecrivain, historien, passionné d’art et de littérature, mais aussi consultant en intelligence économique et en management interculturel… Curieux mélange de genres qui, cependant, communiquent par de multiples passerelles. J’ai emprunté aux mémoires de Gaston Ferdière le titre de ce blog parce que les artistes, c’est bien connu, sont presque toujours de mauvaises fréquentations… Livres publiés : Théophile Gautier, Lettres à la Présidente et poésies érotiques, Honoré Campion, 2002 Une femme trop gaie, biographie d’un amour de Baudelaire, CNRS Editions, 2003 L’Origine du monde, histoire d’un tableau de Gustave Courbet, Bartillat, 2006 Courbet e l'origine del mondo. Storia di un quadro scandaloso, Medusa edizioni, 2008
Cette entrée a été publiée dans Actualité, Art, Voyages. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien. |

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *